Qu'est-ce que le néo-survivalisme ?

Principe du néo-survivalisme
Survie

Lorsque l’on entend les termes de « néo-survivaliste » il est facile de rapidement tomber dans ce cliché d’un vieil américain, fusil à l’épaule, préparant son bunker en cas de fin du monde. Ainsi, et même sans aller aussi loin, la vision que l’on a de cette pratique demeure négative. Mais peut-être est-ce surtout parce que nous ignorons ce qui se cache véritablement derrière ces mots. Le néosurvivalisme est en effet bien loin des clichés, et s'avère être un mouvement bien plus cohérent et logique que ce à quoi s'imaginent le commun des mortels. Il est donc important de remédier à cela, en se penchant sur ce qu’est concrètement le néo-survivalisme.

L’apparition du néo-survivalisme

Il est difficile de dater l’apparition de cette pratique, notamment parce qu’il s’agit d’un mouvement qui a longuement évolué pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Dérivé du survivalisme américain des années 1970, ce mouvement néo survivaliste a connu une grande transformation au début du XXIème siècle. Alors que le survivalisme était avant tout fondé sur la préparation à un évènement dramatique (guerre nucléaire, crise pétrolière, etc.), le néo-survivalisme s'avère plus global. Il ne s'agit plus ici de se préparer à une crise, mais tout simplement de vivre en autonomie et de se détacher au maximum des dépendances du monde moderne.

L'apparition du néo survivalisme se fait donc de pair avec l’émergence d’un besoin de devenir plus autonome et de se détacher progressivement de la société, qui est perçue comme instable.

À savoir : aux États-Unis, le survivalisme a donné naissance au terme de « preppers » qui lui-même provient de prepping qui signifie « se préparer ».

Les principes du néo-survivalisme

L’objectif premier du néo survivaliste est de pouvoir être autonome et indépendant des systèmes traditionnels de la société. L'idée est d'adopter un mode de vie plus proche de la nature, fondé sur l'écologie, l'autonomie alimentaire et energétique et le développement durable.

Un axe principal : l’autonomie

La principale motivation des néo-survivalistes est de pouvoir être autonomes dans la production et la gestion de leurs ressources, afin d’être indépendants de la société moderne.

Ce principe d'autonomie s'appuie sur différents axes :

  • Que ce soit pour l’alimentation en eau par la construction de puits, la récupération d’eaux de pluie, mais aussi de son traitement ainsi que de son stockage.
  • Il en va de même pour la production d’électricité pour laquelle les néo-survivalistesutilisent des panneaux solaires, des éoliennes, ou des turbines électriques.
  • Le schéma est semblable pour l’aspect alimentaire avec le stockage des graines, la production agricole, et les différentes formes d’élevage et de pêche.
  • Le néo survivaliste vise également l'autonomie financière. Il apprend à vivre chichement, de manière à disposer de plus de temps et à ne pas être dépendant d'une crise économique ou d'un travail.

Il s’agit d’adopter un mode de vie plus écologique et plus pérenne, qui n'est pas dépendant des circuits de distribution alimentaire traditionnels (grandes surfaces, zones industrielles, culture de masse, etc.).

Un axe secondaire : la gestion des risques

Si l’indépendance est au cœur de la préoccupation des néo-survivalistes c’est notamment dans l’optique de ne pas subir les conséquences de l’évolution de la société.

En effet avec les crises économiques, le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la société semble instable. S’en émanciper, partiellement ou totalement, revient à diminuer l’impact de ces évènements sur nos vies.

Le néo survivaliste considère à juste titre que le mode de vie actuel n'est pas pérenne pour l'humanité, et que cette dernière court à sa perte si elle ne change pas son train de vie. 

La différence entre néo-survivalisme et survivalisme

Le néo-survivalisme se démarque du survivalisme alors que ces deux courants pourraient, à première vue, être identiques. Il faut donc bien savoir faire la différence, car les enjeux diffèrent selon les angles de vue adoptés dans chacun de ces mouvements :

Le principe du survivalisme

Le survivalisme est apparu dans les années 1970 aux Etats-Unis, et désigne les activités ou les comportements des personnes qui souhaitent se préparer à toute éventuelle catastrophe future. Pour y parvenir, ces groupes ou individus, apprennent des techniques de survie, stockent des provisions en grande quantité, s’équipent d’armes, et construisent des abris en cas de catastrophes.

La survie à cet évènement futur est le principal enjeu du survivalisme. Il ne s’agit plus d’être indépendant face à une économie sur le déclin, mais bel et bien de se préparer au mieux afin de survivre à une catastrophe qui pourrait tout aussi bien être locale que plus globale. Le survivaliste ne va donc pas radicalement changer de vie, mais avant tout chercher à se préparer "au cas où". 

Les spécificités du néo survivalisme

En comparaison le néo-survivalisme s’apparente plutôt à un retour à la nature, afin de se détacher des problèmes socioéconomiques de nos sociétés. Le néo survivaliste va considérer que la crise est déjà présente, et préférer changer radicalement son mode de vie, à la fois pour ne pas participer à la crise, mais aussi pour limiter ses conséquences sur sa propre vie.

Le néo survivaliste sera donc forcément plus proche de la nature (il cultive, il élève des animaux) et cherchera à limiter son impact environnemental et sa dépendance au monde moderne (il produit de l'eau, de l'énergie). Les néosurvivalistes sont donc principalement composés d’individus qui ont trouvé une alternative à une société de consommation qui ne leur convenait plus, et dont ils ne voulaient pas subir les conséquences.

Partagez cet article: